• Les violences conjugales

    violences conjugales

    Déroulement de la journée :

    9h/9h30 : accueil autour d’un café, stand livresque
    9h30/10h : discours d’ouverture par F.Villechenoux, Présidente de l’association « CERCLE ESPRIT 77 », Monsieur De Wispelaere, Sous-Préfet de Libourne et Monsieur Breillat, Maire de Castillon, Conseiller Départemental et Président du CISPD.
    10h/11h: les violences conjugales, 10 petits films pour en parler*, suivis d’une synthèse par Maguy Maruejouls, Vice-Présidente Régionale du CIDFF
    11h/12h : Quelle démarche suivre dans le cas de violence ? Intervention de la Gendarmerie
    12h/14h : Pause déjeuner
    14h/16,h : Des associations pour en parler*
    1. Impact sur les enfants exposés aux violences conjugales.
    2. Hébergement, écoute, accompagnement, soutien psychologique…
    3. Reconstruction
    16h/16h15 : pause
    16h15/18h : présentation du film : « L’un contre l’autre » de Jan Bonny

    Au cours de cette journée des moments interactifs permettront de laisser libre cours aux questions, réflexions, expériences…

    *Dix films pour en parler
    « Les violences conjugales en France, une femme sur dix en est victime ; une en meurt tous les quatre jours. Face à la gravité de ce fléau, dix courts métrages préventifs et pédagogiques sur le sujet sont réalisés par des cinéastes reconnus, afin de sensibiliser le public.
    Dix regards complémentaires pour sortir de l’ombre cette très grave question. « En parler c’est déjà agir », dit le slogan, dix films pour briser le silence, pour soulever la chape de plomb qui pèse sur ces drames, pour ouvrir le débat et inciter au dialogue.
    Le rêve de la femme battue qui se voit échapper à son mari violent en courant sur les toits comme l’héroïne de Tigres et Dragons, le médecin légiste qui constate les lésions, la démonstration scientifique teintée d’humour noir qui affirme que même les grands primates ne battent pas leur femelle, la violence, terrible, vue de l’intérieur par le fœtus, les dessins d’enfant qui racontent tout alors que l’enfant refuse de parler, le jeune homme qui cherche à s’engager pour une noble cause tandis que son amie lui parle des violences, des tortures et des morts ici en France.
    Initiés par Emmanuelle Millet, ces courts métrages ont pour vocation d’aider à une prise de conscience de l’étendue et de la gravité de ce fléau dans notre pays et d’inciter le plus grand nombre de victimes à rompre le silence. »

    *Des associations pour en parler :
    Le Lien, hébergement d’accueil d’urgence pour les femmes et leurs enfants.
    Le CIDFF, Centre d’Informations du Droit des Femmes et de la Famille
    Vict’aid, À Libourne, une juriste et une psychologue reçoivent les victimes d’infractions pénales.
    Club d’escrime Foyen : Après des violences, la reconstruction par l’escrime avec docteur, kiné, ostéopathe, psy….